L’Empire en pire

Ne signe pas, mais persiste comme un vrai pacte.
Sois digne, consiste et prend acte.
Aucune conscience à éveiller,
Seulement des mèches à allumer.
Que brûle la métropole à matricule,
Qu’ont évincé Brigitte et son Jules.
Remets ton pull et ta cagoule,
Déjà nombreux on fera neige de boule.
Qu’on rallume la joie enflammée des barricades,
Que les peuples se relèvent, dignes, en cascade.
Qu’on stoppe ces mascarades de façade
Qu’on reprenne les clés aux fanatiques pyromanes.
Arrêter la valorisation capitaliste et ses fans.
Prendre l’époque en main sans faire couler le sang.
Ne pas copier la bestialité des tyrans.
Un jour on va les désarmer gentiment.
En une seconde l’armée changera de camps.
Mais ce ne sera pas la fin du combat,
Car ces fils de lâches de fascistes sont bien là.
Le mal est incrusté et le fruit presque pourri.
Mais l’histoire nous regarde, le tragique nous guette et la peur est son lit.

Retour en haut