Position

Écologie et pouvoir

La parution du Mémo sur la nouvelle classe écologique de Bruno Latour et Nikolaj Schultz mérite notre attention. A l’heure où une immensité des personnes entrent en rupture avec l’économie, celle-ci étant incompatible avec la vie, certains gurus de l’écologie politique, comme Andreas Malm ou Baptiste Morizot, en bons stratèges, posent les rails théoriques qui devraient mener l’écologie au pouvoir. C’est l’État qui pourra éviter la catastrophe, nous disent-ils. C’est pour rendre lisible ce mouvement que nous avons choisi de présenter chacune des dix sections du livre.

Comité invisible. « Beau comme une insurrection impure »

Le texte qui suit forme la préface à l’édition italienne des trois premiers livres du Comité invisible réunis en un volume, publiée en février 2019. Si cette préface a connu à ce jour des traductions en plusieurs langues, il n’en existait curieusement aucune version française. La voici enfin. Son actualité n’échappera à personne.

Le spleen conspiratif

Nous vivons dans l’une des époques les plus oppressives qui soit, nous le savons tous. Nous sommes sous le règne absolu du capitalisme et de tous ses ravages évidemment, sous le règne absolu de la démocratie et de son totalitarisme évidemment, sous le règne absolu des outils et des techniques de propagande évidemment, sous le règne absolu des dispositifs de contrôle de plus en plus nombreux évidemment. Jamais nous n’avons été autant en proie à l’aliénation qu’aujourd’hui.

Discours à la conférence des étudiants vénitiens contre le pass vert, le 11 novembre 2021, à Ca’ Sagredo

Je voudrais reprendre, pour commencer, certains points que j’avais essayé de mettre au clair il y a quelques jours pour chercher à définir la transformation sous-jacente, mais pas pour autant moins radicale, qui est en train d’arriver sous nos yeux. Je crois que nous devons tout d’abord nous rendre compte que l’ordre juridique et politique dans lequel nous croyions alors vivre a complètement changé. L’opérateur de cette transformation a été, de toute évidence, cette zone d’indifférence entre le droit et la politique qu’est l’état d’urgence.

Une communauté dans la société

L’Italie, comme laboratoire politique de l’Occident dans lequel s’élaborent à l’avance dans leurs formes extrêmes les stratégies des pouvoirs dominants, est aujourd’hui un pays humainement et politiquement en ruine, dans lequel une tyrannie sans scrupules et prête à tout s’est alliée à une masse en proie à une terreur pseudoreligieuse, prête à sacrifier non seulement ce qui s’appelait en un temps les libertés constitutionnelles, mais même toute chaleur dans les relations humaines.

Deux noms

Deux noms à retenir : Alessandro La Fortezza, Andrea Camperio Ciani. Ces deux enseignants sont prêts à démissionner de leurs charges enseignement, car ils rejettent le green pass comme instrument de discrimination sociale. Voici quelques mots qu’ils ont écrits, le premier dans une lettre ouverte à ses élèves, le second dans sa lettre de démission au recteur de l’université où il enseigne. 

Hommes et lemmings

Les lemmings sont de petits rongeurs, d’environ 15 centimètres de long, qui vivent dans les toundras de l’Europe et de l’Asie septentrionale. Cette espèce a la particularité d’entreprendre subitement sans aucune motivation apparente des migrations collectives qui se terminent dans un suicide collectif dans les eaux de la mer. L’énigme que ce comportement a posée aux zoologistes est si singulière qu’après plusieurs tentatives de fournir des explications qui se sont avérées si insuffisantes, qu’ils ont préféré les oublier.

Lettre d’un anti-vaxx

Comme on le sait si bien le fondement de l’État est de désigner des coupables. Nous autres non-vaccinés, nous sommes donc les coupables de cette funeste farce. Nous sommes les coupables de cette pandémie et de ses variants. Nous sommes coupables des causes de cette pandémie, coupable de l’élevage intensif, coupable de l’agriculture industrielle et de ses pesticides, coupables de la déforestation, coupables du réchauffement climatique, coupables de l’exploitation des énergies fossiles, coupables de tous les maux de ce vieux monde. Coupables d’emmerder le gouvernement 

Pourquoi lire Agamben ?

Alors que toute interrogation critique est ramenée sur l’enfant terrible du complotisme, qu’il devient impossible de trouver le moindre espace à la critique d’une gouvernementalité toujours plus aboutie, c’est précisément ce que nous proposons de questionner avec ce premier numéro.